Peinture murale de Somville

Peinture murale de Somville

Cette peinture murale à l’acrylique sur béton intitulée « Qu’est-ce qu’un intellectuel » a été créée en 1987 par Roger Somville et le Collectif d’Art Public. Qu’est-ce que cela représente réellement ? Un étudiant gravit les marches du savoir qui est symboliquement présenté en régression dans le temps, avec le penseur antique au sommet, le penseur de la Renaissance au milieu et le penseur contemporain au bas de l’échelle. Cette peinture questionne le statut de l’intellectuel, dans un contexte où l’espèce humaine a acquis la capacité de s’autodétruire. L’artiste nous montre que l’intelligence doit se mettre au service de la sauvegarde de l’espèce humaine, de la paix et de la justice sociale.

Désormais, vous ne pourrez plus passer par ici sans vous questionner sur le statut de l’intellectuel.

 

Vidéo(s)

Photo(s)

Nom

« Qu’est-ce qu’un intellectuel ? »

Date de création

1987.

Créateur

Roger Somville et le Collectif d’Art Public.

Fonction

Cette peinture questionne le statut de l’intellectuel, question pertinente dans une ville universitaire : « Quel savoir sommes-nous venus chercher ici ? ».


Caractéristiques

  • Peinture murale à l’acrylique sur béton.
  • Superficie de 410m².
  • Promoteur : UCLouvain.
  • Plusieurs personnages au regard rêveur, inquiet, angoissé.
  • Couleurs dominantes : le bleu et le blanc.
  • Point de vue de l’artiste sur le mur latéral.
  • Mur principal : représentation symbolique du savoir en régression dans le temps.

A l’origine

Somville crée le Collectif d’Art Public en 1979, avec qui il produira son œuvre « Qu’est-ce qu’un intellectuel ».
Il fut fortement influencé dans sa jeunesse par le travail et l’esthétique des muralistes mexicains (notamment Diego Riviera dont une peinture murale est visible dans la rue du Sablon).

A voir

Autre œuvre à proximité : sculpture des 24h vélos.

Coin des artistes

Né en 1923 à Bruxelles, Roger Somville revendique son appartenance au Parti communiste belge et se fait défenseur du réalisme contre l’art abstrait. Il milite pour « la création d’un art public exaltant la vie et le travail des hommes, leurs luttes, leurs souffrances, leurs joies, leurs victoires et leurs espoirs ; un art à placer à la portée de tous, là où passent et vivent les hommes ». Il a décoré bon nombre d’édifices publics en Belgique, dont la station de métro Hankar à Bruxelles. Dans ses œuvres, les décors et l’espace sont indéfinis, c’est l’homme qui est placé au centre de son art.

Le petit plus

Une place privilégiée a été dédiée à l’art à la création même de Louvain-la-Neuve. Tout maître d’œuvre d’une nouvelle construction dans la ville ou le parc scientifique doit affecter 2% de son budget d'implantation à l’installation d'œuvres d'art.
 

Suis le chemin qui est tracé derrière le vélo : tu as trouvé le parcours des 24h vélos !